AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
ORIGINES : Anglaise.
CRÉDITS : Soigneur.
MESSAGE : 16
A KELOWNA DEPUIS : 06/07/2015

MessageSujet: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   Lun 6 Juil - 1:03


   
DOCKERY SIMON

   
AGE : Vingt-six ans.
ORIENTATION S. : Homosexuel.
METIER : Soigneur animalier.
STATUT SOCIAL : Célibataire.
ORIGINES : Anglaises.
GROUPE : Newcomers.
le caractère
★ Simon n'est pas un grand rêveur, disons qu'il a été déçu et qu'il préfère espérer un quotidien satisfaisant plutôt que de croire qu'il peut avoir des rêves aussi fous que la hauteur de l'Himalaya. ★ Il préfère largement la compagnie des animaux que celle des humains, puisqu'il est possible de comprendre leur comportement au maximum. Avec les Hommes, il n'y arrive pas. Il ne les comprend pas et a du mal à interagir avec eux. ★ Il n'est pas un couche-tard, surtout quand il travaille le lendemain. Comme il aime faire de longues nuits au calme, il ne dépasse que très rarement les vingt-trois heures en semaine, même quasiment jamais. ★ Sans que ce soit une manie envahissante dans la vie de tous les jours, Simon aime voir les choses bien en place. Il ferme une porte si elle n'a pas de raison d'être ouverte et remet un tapis parallèle à un canapé s'il ne l'est pas. Heureusement, il peut se contrôler et ne pas le faire, mais ça l'embête tout de même. ★ Dans le bas du dos et depuis peu seulement, il a un tatouage en forme de code barre. Il est le seul au courant pour le moment et se garde bien d'en parler ou d'en expliquer le sens. ★ Il a la sale manie de se ronger les ongles, surtout quand il stresse. ★ Il semble toujours attiré par les hommes qui prennent le dessus, d'une manière un peu trop radicale. ★ Il a souvent peur d'être à court de nourriture et en achète beaucoup de ce fait. Il jette aussi pas mal d'aliments périmés. ★ Simon possède deux chats qu'il a adopté au refuge où il travaille. Ils s'appellent George et Charlotte, en hommage à la famille royale d'Angleterre. ★ D'ailleurs, il est fan de cette dynastie. Venant de son pays, les Windsor sont pour lui une grande source de fascination et de respect. Il se tient au courant de tout ce qui peut arriver à la reine, aux princes et aux princesses. Il est particulièrement fan du couple William/Kate. ★ Il déteste par-dessus tout le conflit et les voix qui s'élèvent avec la colère. Simon préfère subir que d'affronter une personne qui crie ou qui semble violente. ★ Il est accroc à son téléphone portable et même à son travail, il ne peut s'empêcher de le regarder toutes les cinq minutes. ★ Il ne supporte pas de voir un animal en souffrance, avec des maîtres négligents. C'est pour le moment la seule manière de véritablement l'énerver. ★ Il adore le pop-corn et le cinéma et s'y rend régulièrement. Ca ne le dérange pas du tout d'y aller seul. ★ Il est très proche de sa sœur qui vit dans la même ville que lui. Il l'appelle plusieurs fois par semaine et se reporte toujours à elle pour avoir des conseils sur comment agir dans des situations qu'il ne maîtrise pas. ★ Les histoires de fantômes et autres spectres le font flipper comme pas possible. Il y croit dur comme fer et est assez superstitieux. ★ Il préfère lire plutôt que regarder la télévision, mais adore les séries. ★

   

   Un peu plus sur toi :
   
Je viens de la terre et je m'appelle Elliot. J'ai vingt-six ans et je suis cool. Je suis venu ici parce qu'on me l'a proposé et qu'un singe orgueilleux est parmi vous. Je voudrai du saucisson et pourquoi pas un bon vin pour l'accompagner !

   
   

_________________
AND I WANT IT, I WANT IT SO BAD ★
My experience of life is that it is not divided up into genres; it’s a horrifying, romantic, tragic, comical, science-fiction cowboy detective novel. You know, with a bit of pornography if you're lucky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Anglaise.
CRÉDITS : Soigneur.
MESSAGE : 16
A KELOWNA DEPUIS : 06/07/2015

MessageSujet: Re: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   Lun 6 Juil - 1:04



   
Il était une fois.
J'ai encore plus mal que toi quand tes yeux me demandent pourquoi.
   

   
   
L'histoire de Simon pourrait faire une bonne nouvelle. Pas quelque chose capable de transcender les foules ni d'avoir le pouvoir d'être transformée en film avec des acteurs à la mode, mais d'être lue par quelques centaines de personnes. Le seul inconvénient était qu'elle était loin d'être terminée et que les péripéties de sa vie ne faisaient que commencer.

Deuxième né dans la famille Dockery, Simon a été attendu par son père comme un cadeau du Seigneur. Parce que pour M. Dockery, il fallait bien un fils pour pouvoir faire perdurer son nom. Il lui choisit le prénom de Simon, comme son père, hommage à cet homme qu'il n'a pas vraiment connu et qui est mort lors de la Seconde Guerre mondiale.
L'enfance du petit Simon n'a pas été de tout repos, mais au moins, il était un enfant aimé par une mère effacée face à un mari qui voulait toujours faire plus avec son fils. Simon apprit le football, l'escrime et même à jouer du saxophone pour faire plaisir à son paternel, plus que lui ne désirait faire ces activités. De son côté, le petit blond était un enfant à la constitution assez fragile, avec des otites à répétition lors des hivers à Canterbury et avec l'envie de lire plutôt que de se battre dans la cour de récréation et de faire les quatre cents coups avec ses copains après les cours, au risque de se faire prendre et d'être sévèrement puni. D'ailleurs, ce que Simon redoutait le plus, enfant, c'était le fantôme qui rôdait dans le bois le plus proche -histoire qui passait les âges et faisait peur de génération en génération- ainsi que les colères de son père. Un homme ni mauvais ni bon, pas vraiment capable de montrer son affection et surtout, un homme très maladroit dans la manière d'éduquer son fils. Il en voulait toujours plus pour lui. Il fallait que l'enfant soit le plus fort, le plus malin, le plus intelligent, le plus débrouillard... Et c'en était presque maladif dans certains domaines. Le problème avec M. Dockery était qu'il n'était pas patient et qu'il n'aimait pas voir son fils perdre ou échouer. S'en suivaient de longues engueulades dans la chambre de l'enfant, des sermons sur l'importance d'être le meilleur et des déblatérations sur l'honneur qu'un homme se devait d'avoir en permanence. Avec toute cette pression, le petit Simon tentait de faire de son mieux, mi-admiratif, mi-craintif d'un père qu'il ne pourrait jamais pleinement satisfaire.

A ses dix ans, il y eut la première grande étape de sa vie. Toute la famille s'envola pour les Amériques, direction le Canada pour la ville de Vancouver. Pour une nouvelle vie, pour un nouveau projet de la part du père de famille, quatre personnes allaient devoir changer toutes leurs habitudes et leurs manies en Angleterre.

Le reste de son enfance et de son adolescence se passa de la même sorte et, fatigué de devoir prouver qu'il était assez bien pour porter son nom, Simon fit une fugue de quelques jours, avant d'être retrouvé à une gare, à quelques centaines de kilomètres de chez lui quand même. Cette petite escapade lui fit le plus grand bien, parce que pour la première fois, Simon comprit qu'il était une personne à part entière et pas juste le fils de son père. Pendant les quelques jours, il rencontra différentes personnes, se fit arnaquer d'une dizaine de dollars canadien et rit aux éclats en discutant avec une dame qui nourrissait les pigeons dans un parc. Ce fut aussi lors de cette sortie interdite qu'il embrassa une première fois un autre garçon, comme s'il s'agissait d'une évidence. Simon ne s'était jamais véritablement posé la question. Il avait toujours aimé être entouré de femmes et de filles, comme sa sœur, sa mère ou des amies de classe... Mais il n'avait jamais trouvé que ça pouvait le faire frémir de regarder de beaux yeux de demoiselles. Il décida cependant de ne pas en parler à sa famille, même pas à Betty, sa sœur, en qui il avait pourtant entièrement confiance. Parce qu'il ne voulait pas décevoir son père, le mettre en colère et devoir lui faire comprendre qu'il s'agissait de sa vie et non la sienne. Simon ne s'en sentait pas capable, d'élever la voix contre un homme qui savait si bien le faire.

Après les études obligatoires, Simon préféra ne pas tenter la suite. Il savait qu'il était plus le genre de jeune homme à devoir travailler qu'à étudier longuement, parce qu'il n'en avait ni le courage, ni l'envie. Ce fut la première grosse engueulade avec son père, qui voyait mal son fils finir avec un boulot minable et aucune perspective d'avenir. Et pourtant, le jeune homme décida de suivre une formation d'un an pour être soigneur pour animaux, idéalement dans un refuge pour aider ceux qui n'avaient pas trop eu de chance dans leur passé. Son père finit par accepter la voie de son fils au bout de plusieurs mois ? à refuser de lui adresser la parole dans la maison familiale, où régnait une ambiance plus que glaciale. Betty étant partie à Kelowna pour suivre ses propres études, il ne restait que trois personnes sous le toit. Et Simon tint bon, à coups de reproches bien placées et de petites piques toujours très cinglantes. Après sa formation, Simon trouva deux choses importantes dans sa vie : un boulot dans une animalerie et un petit ami, du genre sérieux, avec lequel on reste et on se voit planifier pour plus tard.

Au bout d'une demi-année à mettre son argent de côté et à regarder les annonces d'appartements, Simon prit son envol et s'installa dans un petit studio, à peine plus grand que le salon chez ses parents. Mais c'était chez lui et il allait pouvoir être tranquille, recevoir son petit ami sans craindre de se faire prendre par son père et surtout pouvoir vivre comme bon lui semblait. Le petit ami était d'ailleurs très présent dans sa vie et Jerry aimait aussi diriger le couple qu'il formait avec Simon. Les débuts avaient été bien, même mieux que ça. En même temps, c'était souvent le cas dans les nouvelles relations. Et petit à petit, Jerry prit une place de plus en plus importante dans la vie du jeune adulte qui n'aimait pas son travail. Lui avait toujours voulu travailler avec les animaux du refuge, les chiens abandonnés et les chats trouvés parce que les maîtres étaient incapables de s'en occuper. Mais là, à l'animalerie, les animaux n'étaient pas forcément bien traités et voir l'envers du décor n'était pas forcément ce que Simon avait envie de faire dans la durée. Il avait trop besoin de ce travail pour pouvoir payer son loyer et le reste mais plein de choses le révoltaient, même si, comme d'habitude, le blond ne disait rien en le scandant bravement, parce qu'il était plus du genre à tout garder pour lui et à l'intérieur.

La relation entre lui et Jerry devint de plus en plus malsaine. Dans le sens où Jerry prenait trop le dessus, décidant à la place de Simon qui n'allait surtout pas s'interposer. Le couple passa à un stade supérieur lorsque, au bout d'un an et demi de fréquentation, le plus âgé des deux décida qu'il était temps de vivre ensemble. Derrière cette proposition de cap à passer pour beaucoup d'amoureux se cachait une envie toujours plus forte de contrôler la vie de l'autre. Ses sorties, ses fréquentations, ses hobbies et surtout les personnes qu'il était amené à voir durant son travail. Incapable de gérer le fait que Simon voit d'autres hommes -des clients- toute la journée, il le força à quitter son emploi pour qu'il reste avec lui le plus possible, dans son appartement. Simon était trop faible pour lui dire non, pour lui dire d'arrêter dans cette ascension sans fin vers l'asservissement. Simon avait tout simplement peur de le perdre, d'être rien sans lui et Jerry savait comment faire pour qu'il continue de croire de telles choses. Presque complice du comportement abusif de son copain, il resta dans une telle situation pendant deux longues années, à ne pouvoir sortir qu'en compagnie de son compagnon et ne pouvoir faire qu'en fonction de ses envies. Mais le bourreau n'était pas le seul responsable, puisqu'au bout d'un moment, il ne cherchait même plus à fermer l'appartement à double tour et Simon avait même accès au téléphone et à l'ordinateur. Pourtant, le blond ne chercha jamais à fuir, parce que même s'il craignait son copain plus qu'il ne l'aimait, c'était devenu comme la normalité et quelque chose dont il avait besoin au quotidien. Sa sœur tenta de le contacter plusieurs fois mais Simon lui faisait gentiment comprendre qu'il était bien dans sa vie. Elle, à plusieurs centaines de kilomètres, ne pouvait rien faire véritablement, sauf prier pour que ça s'arrête et que son frère retrouve enfin la raison.

A ses vingt-cinq ans, Simon parvint à se défaire de l’emprise de Jerry... Avec la décision de ce dernier, encore une fois, qui en avait marre d'un petit ami avec qui il avait fait le tour et qui ne montrait plus aucune résistance. Du jour au lendemain, il le mit à la porte avec presque rien et sans véritablement pouvoir retomber sur ses pieds. Le blond appela sa sœur d'une cabine, avec la monnaie qui lui restait, éclatant en sanglot en se disant qu'il venait de perdre Jerry et que c'était vraiment fini. Il vécut chez elle, à Kelowna, pendant plusieurs mois, le temps de se refaire, de regagner de la confiance et de l'envie de vivre pour lui-même et non pour un autre qui ne le méritait pas. Mais le frère et la sœur avaient peu parlé de cette relation qui n'aurait jamais dû être. Parce que Simon n'avait jamais voulu et qu'il était comme une huître trop bien fermée quand son aînée tentait d'en savoir un peu plus sur ce qu'il avait subi durant le temps où il avait fréquenté son ex-petit ami.

Il trouva ensuite un travail au refuge pour animaux de Kelowna. Enfin, il allait pouvoir travailler comme il l'avait toujours voulu ! Avec l'aide de Betty, il trouva un nouvel appartement, proche des transports en commun puisqu'il n'avait pas le permis et plus grand que ce qu'il avait connu précédemment. Cela fait donc quelques mois que sa vie semble avoir repris le cours normal et que Simon tente de faire tout pour tenir le cap et avancer. Il craint de devoir téléphoner à son père, à qui il n'a pas parlé depuis plus de deux ans et craint aussi de voir Jerry le retrouver, pas certain de pouvoir lui dire non.


   

_________________
AND I WANT IT, I WANT IT SO BAD ★
My experience of life is that it is not divided up into genres; it’s a horrifying, romantic, tragic, comical, science-fiction cowboy detective novel. You know, with a bit of pornography if you're lucky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Nord-coréenne
LOVE LIFE : Fiancée à Pierre Dupuis
AVATAR : Jamie Chung
CRÉDITS : Tak
MESSAGE : 38
A KELOWNA DEPUIS : 28/06/2015

MessageSujet: Re: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   Lun 6 Juil - 2:02

Bienvenue même si tu ne le mérites pas vu que tu me traites de singe Etouffe-toi avec les poils de George !

_________________
The story starts laying in the dark with someone new. I’m feeling tired from all the time I spent on you. But I know I’m strong from all the trouble I’ve been through. The story starts where the story falls apart with you. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see when you fall asleep? Cause I know it’s you I dream about every night. Giving me a feeling like love in the summer way I’ve never felt with another. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see? Tell me I’m not dreaming alone. by sian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FONDA' MONSTRUEUSE MAIS ADORABLE
avatar
ORIGINES : Canadien et écossais de bien loin
LOVE LIFE : C'est assez compliqué.
AVATAR : Charlie Hunnam
CRÉDITS : Snatch
MESSAGE : 261
A KELOWNA DEPUIS : 16/06/2015

MessageSujet: Re: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   Lun 6 Juil - 2:17

Je te l'ai déjà dit sur la chatbox, mais bienvenue!!!

Bonne chance pour ta fiche, et si y'a quoi que ce soit, le staff est là pour te servir.

Accessoirement, bonne chance pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Américanocanadien
AVATAR : Il sait pas ce que c'est.
CRÉDITS : Livreur de pizza, ex militaire
MESSAGE : 129
A KELOWNA DEPUIS : 16/06/2015

MessageSujet: Re: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   Lun 6 Juil - 15:02

Bienvenue ici ^^

Je suis d'accord, vive le saucisson ! xD

_________________

what are you making me feel. bitch

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Canadien
AVATAR : Simon
CRÉDITS : Employé à Costa Café
MESSAGE : 34
A KELOWNA DEPUIS : 06/07/2015

MessageSujet: Re: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   Lun 6 Juil - 20:15


_________________
Love is not for me.
I promise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Hawaïno-canadiennes
AVATAR : Classified
CRÉDITS : est allée à l'école de la vie
MESSAGE : 79
A KELOWNA DEPUIS : 02/07/2015

MessageSujet: Re: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   Mar 7 Juil - 12:00

Bienvenue!

_________________
Unbowed, Unbent, Unbroken
by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Anglaise.
CRÉDITS : Soigneur.
MESSAGE : 16
A KELOWNA DEPUIS : 06/07/2015

MessageSujet: Re: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   Mar 7 Juil - 12:06

Merci bien !

_________________
AND I WANT IT, I WANT IT SO BAD ★
My experience of life is that it is not divided up into genres; it’s a horrifying, romantic, tragic, comical, science-fiction cowboy detective novel. You know, with a bit of pornography if you're lucky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FONDA' MONSTRUEUSE MAIS ADORABLE
avatar
ORIGINES : Canadien et écossais de bien loin
LOVE LIFE : C'est assez compliqué.
AVATAR : Charlie Hunnam
CRÉDITS : Snatch
MESSAGE : 261
A KELOWNA DEPUIS : 16/06/2015

MessageSujet: Re: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   Mar 7 Juil - 17:58


félicitations, tu es validé

Pardon pour le retard, je suis désolée!
J'adore ta plume et ton personnage est super touchant et intéressant, j'espère que Jerry ne le retrouvera pas en tout cas, parce qu'il a l'air bien gentil Simon. Je te souhaite officiellement la bienvenue parmi nous et un très bon jeu!

Tu as fini ta fiche et tu as bien tout rempli. A présent merci d'aller te recenser dans LE BOTTIN, les METIERS, les COMPTES et si tu ne veux pas crécher dans la rue, nous te conseillons également d'aller recenser ton LOGEMENT.
Si tu veux des amis, poste ta FICHE DE LIENS (n'oublies pas de la recenser ICI lorsque c'est fait!) et si tu le désires, un SCENARIO. Une fois ceci fait, poste ton sujet EVOLUTION ainsi que ta FICHE RP. N'oublie pas que ton groupe ne sera pas mis si tu n'as pas ENTIÈREMENT rempli ton profil. Pas sur de t'intégrer ? Suis ces CONSEILS. N'oublie pas de VOTER pour amener d'autres copains !

Bon jeu

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Anglaise.
CRÉDITS : Soigneur.
MESSAGE : 16
A KELOWNA DEPUIS : 06/07/2015

MessageSujet: Re: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   Mar 7 Juil - 19:03

Yeah merci chef !

_________________
AND I WANT IT, I WANT IT SO BAD ★
My experience of life is that it is not divided up into genres; it’s a horrifying, romantic, tragic, comical, science-fiction cowboy detective novel. You know, with a bit of pornography if you're lucky.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Luke Newberry) • It was my fault. I'm a zombie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (m) REMUS LUPIN feat LUKE NEWBERRY
» Haiti and Guyana - the two fault lines of the Caribbean
» Luke Adam L UFA 22 875000 0 D- C C D C- C- D C- C- C D C C- C- C
» Lyle S. Abrams | Luke Grimes
» Luke Kayan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four Seasons Playground :: creating history :: IDENTIFICATION PLEASE :: FICHES VALIDÉES-