AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kalaya ~ Grow me a garden of roses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
ORIGINES : Nord-coréenne
LOVE LIFE : Fiancée à Pierre Dupuis
AVATAR : Jamie Chung
CRÉDITS : Tak
MESSAGE : 38
A KELOWNA DEPUIS : 28/06/2015

MessageSujet: Kalaya ~ Grow me a garden of roses   Jeu 6 Aoû - 11:23

En cours

_________________
The story starts laying in the dark with someone new. I’m feeling tired from all the time I spent on you. But I know I’m strong from all the trouble I’ve been through. The story starts where the story falls apart with you. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see when you fall asleep? Cause I know it’s you I dream about every night. Giving me a feeling like love in the summer way I’ve never felt with another. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see? Tell me I’m not dreaming alone. by sian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Nord-coréenne
LOVE LIFE : Fiancée à Pierre Dupuis
AVATAR : Jamie Chung
CRÉDITS : Tak
MESSAGE : 38
A KELOWNA DEPUIS : 28/06/2015

MessageSujet: Re: Kalaya ~ Grow me a garden of roses   Jeu 6 Aoû - 11:44

Paroles de Gary

Gary, 12 ans - Kalaya, 7 ans

Dans un coin du salon, il boudait. Il n'avait pas voulu venir ici, mais sa maman lui avait dit que c'était important que tata Jill et tonton Robert. Il n'empêchait qu'il n'avait aucune envie de se retrouver au milieu des grands, tout ça pour une fille. Il ne comprenait pas vraiment d'ailleurs, il n'avait jamais vu tata Jill enceinte. Comment était-ce possible d'être invité à une fête de bienvenue pour une petite fille ? Une fille en plus, ils ne pouvaient pas prendre un garçon ? Au moins, il aurait pu trouver des centres d'intérêts en commun, malgré la différence d'âge. Il avait 12 ans, il avait d'autres choses à faire que jouer avec une fille. C'est nulles, les filles, en plus.

Son père vint le chercher par le coude. C'était l'heure. Il râla un peu mais ne se débattit pas. Il savait que c'était inutile de discuter avec son paternel. Dans l'entrée, près des escaliers, se tenait Robert Davis. Les Davis étaient des amis de lycée de ses parents. Ils ne s'étaient jamais vraiment perdus de vue depuis. Aujourd'hui, ils étaient encore là pour le grand moment de Jill et Robert. Ce dernier attendit le silence avant de commencer son discours d'introduction.

"Chers amis, aujourd'hui est un grand jour pour nous. Enfin, on ne va pas vous mentir, ça fait quelques jours déjà que le grand jour est passé pour nous et nous en avons un peu profiter, mais pour vous, c'est officiel aujourd'hui. Nous attendions ce moment depuis des années. Aujourd'hui, Jill et moi sommes heureux de vous présenter notre petit trésor. Elle est encore très timide et a besoin de temps pour s'adapter, mais nous comptons sur vous pour la faire sentir comme chez elle ! Voici Kalaya, notre fille !"

Il tordit son cou pour tenter de voir ce qu'il ne pouvait pas encore voir. Premièrement parce qu'il était encore trop petit pour voir au-dessus des adultes et deuxièmement parce qu'il n'y avait rien à voir, tout simplement. Et puis soudain, il put percevoir une onde d'enthousiasme dans la foule. Jill venait d'apparaître, une petite fille entre les bras. Les cheveux noirs, elle avait le teint pâle et les yeux bridés. Gary se rappela alors que Jill et Robert avaient mentionné au dernier repas avec ses parents qu'il s'agissait d'une Asiatique. Vietnam ? Cambodge ? Chine ? Il n'avait pas vraiment écouté, trop occupé à attendre la fin du repas pour se ruer dans sa chambre et être enfin tranquille. Elle était clairement plus jeune que lui. Ses paupières se fermèrent et son cerveau se mit en activité. Elle avait quel âge encore ? 5 ? 9 ans ? Non, elle avait 7 ans, il se souvenait. 5 années les séparaient. C'était beaucoup, surtout à cette période. Ils n'auraient pas la même mentalité, pas les mêmes références. Elle serait ennuyeuse, comme les autres.

Après avoir été présentée à tous les adultes, Jill laissa la petite fille à la table des enfants. Kalaya semblait ne pas vouloir rester sans sa nouvelle maman, gémissant légèrement tout en s'accrochant au cou de la femme. Gary roula des yeux. Elle avait sept ans, elle pouvait se passer de sa mère pendant quelques heures. Finalement, Jill s'éloigna, non sans passer sa main sur le crâne du jeune garçon. Il roula une nouvelle fois des yeux avant de la regarder s'éloigner. Autour de lui, quatre autres petits regardaient curieusement la petite Asiatique. Déjà les questions fusaient dans la direction de la pauvre petite fille qui n'avait rien demandé et qui ne semblait pas comprendre. Gary fronça les sourcils avant d'agiter la main pour faire taire les gamins. Il voyait les yeux de Kalaya s'embuer de larmes, sans raison apparente. Il ne comprenait pas vraiment, mais son coeur s'était serré devant cette scène. Lorsque Jill repassa voir si tout allait bien, Gary l'interrogea. Elle lui donna la réponse qu'il supposait. Il reporta son regard sur Kalaya. Il observa le dessin qu'elle était en train de faire et lui tendit le crayon bleu qu'elle cherchait sans le dire. La petite fille fixa le crayon un long moment, puis remonta vers celui qui tendait le bras et enfin, elle plongea son regard dans celui de Gary. Elle étira un petit sourire avant de saisir la couleur. Le pré-adolescent resta sans voix avant d'esquisser un sourire à son tour.

-----------------------------

Gary, 13 ans - Kalaya, 8 ans

- Eh ! Fous-lui la paix, pour voir !
"T'es qui toi ?"
- La personne qui va te casser la gueule si tu continues à l'emmerder. Dégage de là !

Le gamin, une dizaine d'années, crachant sur le sol avant de partir sans demander son reste. Gary se détendit en soupirant. Il avait beau n'avoir que 13 ans, il avait une ouverture d'esprit et une maturité qui frôlait celle des adultes, sur certains sujets en tout cas. Kalaya en était un. Cette dernière s'approcha de lui, lui tirant la manche pour attirer son attention.

« Pourquoi ce personne se moquer de moi ? »
- Parce que les gens sont cons.
« Vilain mot ! »
- Peut-être, mais moi, j'ai le droit de le dire, parce que c'est la vérité. Ils pensent que tu es bête parce que tu es différente, donc ils sont cons.
« Je être différente parce que je parler anglais moyen ? »
- Exactement, mais on s'en fout de comment tu parles anglais. Tu es petite et tu apprends, c'est normal de faire des fautes. Et puis surtout, nous sommes tous différents, parce que nous sommes nous.
« Je pas beaucoup comprendre quand tu parles, Gary... Mais toi être gentil moi avec. »

Gary haussa simplement les épaules. Il ne supportait pas l'injustice et il ne supportait pas qu'on s'en prenne à plus faible que soi. Le fait que la victime fusse Kalaya était pire que tout. Depuis leur rencontre, il y a un an, il s'était promis, sans vraiment savoir pourquoi, qu'il resterait toujours là pour la protéger. Parce qu'elle avait l'air si fragile. Parce qu'elle n'était pas comme les autres. Parce qu'elle était Kalaya.

-----------------------------

Gary, 26 ans - Kalaya, 21 ans

« Merci encore d'être venu me chercher... »
- T'inquiète, c'est normal. Et puis, je savais bien que tu allais encore t'attirer des ennuis.
« Eh ! C'est lui qui est venu les chercher ! »
- La prochaine fois, tu éviteras quand même de lui faire la morale alors qu'il a bu plus de cinq bières...
« Comment les gens font pour apprécier cette boisson de seconde zone... »
- Pas tout le monde n'est étudiante en oenologie.
« Peut-être mais il faut savoir avoir des valeurs. »
- Tu racontes n'importe quoi... tes consommations te sont montées à la tête ou c'est l'effet sororité qui t'a ramolli le cerveau ?
« Pfff, je vais très bien ! Je supporte très bien l'alcool et ma sororité est remplie de filles intelligentes. »
- Mhm mhm... Si elles sont comme à SFU...
« Pchhhht ! Je ne veux plus rien entendre ! »

Gary éclata de rire tout en jetant un coup d'oeil dans son rétroviseur central. À cette heure de la nuit - ou de la matinée, il ne savait pas vraiment -, la circulation était rare mais il faisait toujours attention. Il arriva devant la maison des Davis. Il éteignit les phares mais pas le moteur. Il savait qu'il ne resterait pas longtemps, mais il voulait éviter d'alerter tout le quartier de sa présence.

« Merci encore, Gary. Grâce à toi, j'ai sûrement évité la grosse embrouille avec Jill et Robert. »
- Tu peux dire "mes parents" en ma présence, tu sais ?
« Je sais. »
- Bon, je te souhaite une bonne nuit alors.

Il ne fut pas surpris lorsque Kalaya s'approcha de lui. Il avait l'habitude qu'elle l'embrasse sur la joue pour le remercier, sans sous-entendu. C'était ainsi que fonctionnait leur relation. Des amis d'enfance, bien que leur amitié ait commencé un peu tard. Pourtant, ce n'était pas vraiment sa joue qu'elle avait touché du bout des lèvres. C'était un peu plus loin, loin derrière la limite. Il tourna alors son regard vers elle, l'air étonné. Il n'en fallut pas plus. Il se pencha vers la droite. Les lèvres n'eurent pas le temps de se chercher. Elles se trouvèrent immédiatement. Le baiser ne dura pas longtemps, mais suffisamment pour être significatif. Kalaya s'écarta la première. Elle esquissa un petit sourire en coin tout en fixant son ami.

« Bonne nuit, Gary. »

Elle quitta la voiture et rentra chez les Davis.

Ils ne s'étaient pas vus pendant plusieurs jours après cette nuit. Le temps pour chacun de réfléchir. Finalement, ce fut Gary qui raccompagna Kalaya à l'aéroport. Les vacances étaient finies, elle devait rentrer à Saint Catherines. Ils ne s'adressèrent pas la parole du trajet. Ils attendaient à une table d'une Starbucks lorsque Kalaya brisa ce silence pesant.

« On a fait une connerie, pas vrai ? »
- Je ne l'aurais pas appelé comme ça.
« Tu l'aurais appelé comment ? »
- Tentative ratée ? Erreur de parcours ?
« Ça ressemble pas mal à une connerie. »
- Oui et non. Ce n'est pas comme si cela pourrait avoir des conséquences sur nos vies, si ?
« Mouais... »
- Ça t'embête que ça se soit passé comme ça ? Ce n'est pas comme tu l'aurais souhaité ?
« Je ne sais même pas ce que je souhaitais. C'était justement pour le savoir. »
- Et ça t'embête ?
« Ça aurait pu être marrant... »
- Parle pour toi...
« Eh ! Les hommes se battront pour m'avoir. »
- Avant ou après avoir appris à te connaître ?
« Ah ah ah, ton humour me fend de rire. »

Un long silence un peu gêné suivit. Gary fit tourner le petit bout de bois dans son café, pensif. Il continuait d'observer Kalaya, ses traits. Elle était jolie, mais il la considérait comme sa petite soeur. Et embrasser sa petite soeur, ce n'était vraiment pas correct. Finalement, la jeune femme brisa à nouveau le silence.

« Merci de m'avoir accompagnée. »
- C'est normal. Je serai toujours là pour toi. Bon, si tu pouvais éviter les cadavres à planquer, ça serait cool, mais si tu as besoin de quoi que ce soit, même après, je sais pas... 6 ans sans se parler parce que tu es à l'autre bout du monde et que tu es trop occupée à faire boire les gens, tu pourras toujours m'appeler, même à 4 heures du matin.
« T'es vraiment un amour, Gary... Elle aura de la chance. »
- Et il aura beaucoup de courage avec toi !

Kalaya éclata de rire tout en lançant son poing contre l'épaule de son ami. Elle vérifia l'heure et soupira. Il fallait qu'elle passe la sécurité, l'embarquement débutait bientôt. Elle finit son chocolat chaud d'une traite et balança la bretelle de son sac à dos sur son épaule. Arrivés près de la zone des passagers, ils s'arrêtèrent. Kalaya ouvrit les bras et serra Gary contre elle. Elle écrasa même un baiser sur sa joue - qu'elle ne manqua pas. Et puis, elle s'éloigna, lançant un dernier regard à son ami. Sa main s'éleva et s'agita. Encore quelques pas et il était hors de sa vue. Gary. Son ami d'enfance. Son meilleur ami. Le meilleur de tous.

------------------------------

Gary, 35 ans - Kalaya, 30 ans

- ... Allô ?
« Gary ? C'est Kalaya Davis... Je ne sais pas si tu te souviens... »
- Comment on peut t'oublier... Kalaya Davis... fille adoptive de Jill et Robert Davis... m'a choisi pour être le parrain de son fils Ty... insulte la bière dès qu'elle en a l'occasion... m'a invité à son mariage qui a eu lieu il y a une semaine...
« Je me disais que vu que... ça fait 6 ans... Bref, je ne te dérange pas ? »
- Il est actuellement 4 heures du matin et on est dimanche...
« Merde... le décalage horaire... désolée... »
- Ouais, on habite pas tous à Paris...
« ... Je ne suis pas à Paris... »
- Ah oui, la lune de miel... Ne me dis pas que tu veux que je me joigne à la partie, c'est mort. Même si j'ai beaucoup d'admiration pour... Paul ? Patrick ? de te supporter...
« Pierre. Il s'appelle Pierre. Et je ne suis pas en lune de miel non plus... Je suis à Dubaï. »
- Dubaï comme dans "le restaurant fabuleux dans lequel travaillait Kalaya" Dubaï ?
« Dubaï comme dans "Kalaya ne savait pas trop où aller après avoir annulé son mariage" Dubaï... »
- ...
« Tu es toujours là ? »
- J'essaye...
« Tes parents ne t'ont rien dit ? »
- Mes parents n'ont jamais été très locasses avec moi, même sur les sujets "scoop". Ils pourraient décider de divorcer que tu serais sûrement au courant avant moi.
« Ah... je pensais que tu savais... »
- Nope...
« ... »
- Tu veux venir chez moi ?
« Ça fait un peu loin... »
- Certes, mais si tu es plutôt "Kalaya ne sait pas trop où aller", tu peux devenir "Kalaya va chez Gary". Et puis tu n'es plus à un vol près je pense.
« Ça ne te dérangera pas ? »
- Je vais très certainement le regretter dès que tu auras accepté et qu'on aura raccroché. Mais sinon, j'ai une chambre en plus dans mon appart et un peu de compagnie n'a jamais fait de mal à personne... Mais tu devras t'engager à certaines règles auxquelles je vais réfléchir dès à présent.
« Et sérieusement ? »
- Tu ne me dérangeras jamais, je te l'ai déjà dit. Et puis ce n'était pas comme si je partageais ma vie avec qui que ce soit.
« D'accord... Je te dis quand je décolle et j'atterris alors... Merci Gary. »
- De rien et BONNE NUIT !

Ils raccrochèrent et Gary soupira. Il s'étira légèrement avant de se retourner. Encore un tour. Encore un tour. Il n'arrivait plus à dormir. Cette histoire était bizarre mais il avait senti dans la voix de Kalaya que quelque chose n'allait vraiment pas. Il soupira d'agacement et se leva. Il fallait qu'il prépare son appartement pour son arrivée, bien qu'il ne doutait pas que, malgré tout, Kalaya resterait Kalaya et la tempête soufflerait tôt ou tard.[/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color][/color]

_________________
The story starts laying in the dark with someone new. I’m feeling tired from all the time I spent on you. But I know I’m strong from all the trouble I’ve been through. The story starts where the story falls apart with you. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see when you fall asleep? Cause I know it’s you I dream about every night. Giving me a feeling like love in the summer way I’ve never felt with another. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see? Tell me I’m not dreaming alone. by sian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kalaya ~ Grow me a garden of roses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Roses De Versailles
» Le parfum des roses d'hiver
» Garden Party
» Vous avez vu les éléphants roses derrière vous, M'dame Lisbeth ? {PV}
» Si seulement on avait su s'aimer. Les fleurs auraient été plus roses et nous peut-être plus heureux... [PV Jack]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four Seasons Playground :: creating history :: MANAGEMENT :: ÉVOLUTION-