AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
ORIGINES : Nord-coréenne
LOVE LIFE : Fiancée à Pierre Dupuis
AVATAR : Jamie Chung
CRÉDITS : Tak
MESSAGE : 38
A KELOWNA DEPUIS : 28/06/2015

MessageSujet: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 21:23


Kalaya Davis

AGE : 30 ans.
ORIENTATION S. : hétérosexuelle
METIER : sommelière
STATUT SOCIAL : fiancée
ORIGINES : sud-coréenne
GROUPE : New Comers

le caractère
Petite asiatique à la bouille de gamine, le spécimen Kalaya a son propre caractère. Dotée d'une patience rare dans son travail, le cas est rarement vrai dans la vie de tous les jours. C'est d'ailleurs un grand problème pour elle : la Kalaya du travail et la Kalaya de la vraie vie sont assez différentes. N'y voyez pas là un dédoublement de la personnalité, juste une adaptation au monde dans lequel elle vit. La Kalaya prend un soin tout particulier à être délicate avec les objets qui l'entourent dans son environnement professionnel. Malheureusement, l'environnement personnel prend souvent assez cher. Aussi maladroite dans ses gestes que dans ses paroles à la ville - elle ne réfléchit pas vraiment avant de parler -, elle est pourtant incollable et intraitable lorsqu'il s'agit de négocier des caisses de crus. Vivant dans un monde majoritairement masculin, la Kalaya a dû s'affirmer et passer outre les remarques ou les rumeurs qui pouvaient être lancées à son sujet. Elle sait ce qu'elle vaut et l'opinion des autres lui importent peu. Pour se détendre, elle adore faire du taekkyon (un art martial coréen qui s'apparente à de la danse, à l'instar de la capoeira). Elle a également fait du tangsudo pendant 8 ans (un art martial d'auto-défense), sait-on jamais. Elle n'aime pas spécialement le maquillage, ce qui ne l'empêche pourtant pas d'en mettre tous les jours, comme une routine. Ancienne membre de sororité, elle ne rechigne jamais devant une soirée. Indépendante, la Kalaya n'aime pas trop être enchaînée, et son premier réflexe est souvent de fuir vers une nouvelle vie.


un peu plus sur toi
Stitch, petit extraterrestre qui aime découvrir le monde et communiquer bizarrement. Souvent en contact avec l'outil de l'internet, Stitch répond quand on lui répond, en fonction de la réponse. Stitch ne mord pas et aime faire des blagues plus ou moins sélectionnables pour un festival du rire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Nord-coréenne
LOVE LIFE : Fiancée à Pierre Dupuis
AVATAR : Jamie Chung
CRÉDITS : Tak
MESSAGE : 38
A KELOWNA DEPUIS : 28/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 21:24



Run to me
Naega eotteohge neoleul tteonaga


L’histoire ci-dessous est présentée sous forme de petites anecdotes plus ou moins importantes - mais racontées dans l’ordre chronologique pour ne pas plus vous perturber - afin de tenter de cerner le personnage de Kalaya Davis et comprendre ce qui l’a poussée à devenir ce qu’elle est actuellement. Si vous avez la flemme de tout lire - et même si vous en avez eu le courage d’ailleurs - une petite chronologie de la vie de Kalaya est disponible à la fin de l’histoire pour rappeler les temps forts de son existence. L’auteure vous souhaite une bonne lecture.

En 1945, alors que la Corée était séparée en deux par les Américains et les Soviétiques, la famille Bak - celle qui nous concerne, pas une autre famille Bak comme il pouvait y en avoir des milliers en Corée - et la famille Kim étaient établies à Kaesong, pas très loin de la frontière qui avait été instaurée, côté Nord. Ils ne le savaient pas encore, mais ils étaient passés à quelques kilomètres de la démocratie. À l’époque, rien ne pouvait présager de ce qui allait les attendre. Kim Ae-sook était née en 1953, soit deux années après sa soeur aînée, Kim Ae-cha. Du côté des Bak, Bak Bon-Hwa était né en 1950. Ae-sook et Bon-Hwa s’étaient rencontrés par l’intermédiaire de la soeur de la première et ils ne s’étaient jamais quittés par la suite. Ils s’étaient mariés et avaient engendré une petite fille : Bo-bae, le seul enfant qu’ils auraient.

------------------------------------------

"Emmène-la, je t'en supplie, prends-la avec toi. Elle sera mieux, elle aura une vie meilleure. Pitié..."

Dans sa voix, il y avait des sanglots. Bo-Bae était cachée derrière la porte du salon où s'étaient réfugiés son père, sa mère et sa tante. Celle qui suppliait, c'était sa mère. Celle à qui elle parlait, c'était sa soeur de cette dernière. Ae-Cha avait rencontré un homme qui avait réussi à s'arranger pour lui faire passer la frontière pour la Corée du Sud. Sa petite soeur n’avait pas hésité et lui avait demandé de prendre avec elle la petite Bo-Bae, qui méritait beaucoup mieux que la dictature, surtout depuis que Bon-Hwa s’était investi dans un journal engagé contre le régime. C’était beaucoup trop dangereux pour une petite fille de 4 ans. Ae-Sook alterna son regard, rempli de tristesse et de compassion, entre sa fille et son beau-frère. Elle finit par accepter, car il était indécent de refuser. Elle connaissait quelqu’un, à la mairie, qui pourrait les aider dans leur démarche illégale. L’accord fut signé, les papiers falsifiés avec une qualité remarquable. Bak Bo-Bae était devenue Chung Bo-Bae, fille de Chung Ae-Cha et Chung Chin-Hae, l’homme qui les avait faites passer la frontière, et qui les quitta une fois arrivés à Paju, la première grande ville de Corée de Sud.

Elles apprirent à vivre ensemble en plus d’apprendre à vivre différemment de Kaesong. À la maison comme dans la vie de tous les jours, ensemble, elles s’efforçaient de parler en coréen de Gyeonggi-Séoul, le coréen officiel de la Corée du Sud, bien qu’il fut difficile pour la tante comme pour la petite de laisser de côté leur coréen de Hwanghae qui les trahissait à chaque fois. Par chance, Bo-bae était en plein apprentissage et, grâce à l’école, ne tarda pas à supprimer toute trace de “nord-coréenité” de sa voix. Ensemble, elles étaient heureuses, même s’il arrivait à la petite fille de réclamer ses parents. Que sont-ils devenus ? Sont-ils morts ? Se sont-ils enfuis ? Sont-ils sains et saufs ? Personne ne savait, personne n’était au courant, ou du moins, c’était ce qu’on voulait leur faire croire.

De cette période, Bo-Bae ne se rappelait rien en réalité. Elle était beaucoup trop jeune, et son petit esprit juvénile avait préféré faire abstraction de ces événements qui n'étaient pas plaisants. Cette période, c'est ce qu'elle avait lu dans le journal intime de sa tante, dix ans plus tard, dans le grenier de la maison familiale après un grand nettoyage de printemps qu'elle soupçonnait être délibéré pour qu'elle en apprenne plus sur sa vie d'avant. Sur Bak Bo-Bae, la précieuse.

----------------------------------------

"Je vous présente votre fille, vous pourrez lui donner le prénom que vous souhaitez."
"Nous allons l'appeler Kalaya."

C'était ainsi qu'elle avait reçu son nouveau nom, dans l'orphelinat de Paju. Sa tante, qui s'était fait passée pour sa mère, était décédée depuis quelques mois déjà. On avait expliqué à la gamine qu'un méchant monsieur appelé Cancer lui avait fait beaucoup de mal et que sa "mère" s'était battue jusqu'au bout, mais qu'elle était épuisée et qu'il fallait qu'elle dorme, pour très longtemps. La petite fille avait longtemps pleuré, enfermée dans un mutisme duquel elle n'était pas encore sortie au moment de l'adoption, pas même lors des premières visites de ses futurs nouveaux parents. Encore dans ce bureau, elle ne disait rien, quand bien même la Coréenne lui adressait la parole. La fillette était dans son monde et ne voulait pas en sortir. Alors que l’homme s’occupait de lire les documents qu’on lui présentait pour les signer, la femme, avec les yeux grand ouverts et la chevelure de feu, se penchait encore vers elle pour lui parler dans une langue que Bo-bae ne comprenait même pas. Pourtant, elle pouvait lire dans les yeux couleur de la mer de l’inconnue qu’elle n’était pas une ennemie et qu’elle voulait être son amie.

Jill et Robert étaient mariés depuis une dizaine d’années, autant à essayer de faire un enfant, sans résultat. La sentence était tombée quelques mois plus tôt : Jill ne pouvait donner la vie. Ils avaient donc décidé de donner une chance aux enfants qui n’en avaient pas eu et c’était par le biais d’un ami de la famille qu’ils avaient eu la chance de partir pour la Corée du Sud, à Paju, pour y rencontrer quelques enfants. Dans la cour, il y avait une dizaine d’enfants, des joyeux, des bagarreurs, des colériques, des normaux. Une grande partie s’était précipitée vers les deux adultes pour les rencontrer, les découvrir. Pourtant, le regard de Jill s’était porté sur une petite fille, un peu plus loin, en train de jouer avec un cheval de bois. Elle n’avait même pas levé la tête en entendant les Occidentaux rentrer. La Canadienne s’était alors avancée vers elle et ce fut le coup de coeur. C’était ainsi que Bo-bae avait été choisie pour l’adoption, sans avoir eu à se vendre.

La responsable administrative de l'orphelinat leva son regard sur les deux Occidentaux en haussant un sourcil. Ils venaient vraiment de donner un prénom thai à une petite coréenne ? Comprenaient-ils vraiment ce qu'ils faisaient ? Elle ne répliqua cependant pas. C'était leur choix après tout. Et puis, elle devait avouer que Kalaya restait un très joli prénom.

------------------------------------

”J’avais dit “le poisson saute sur l’herbe” pas “le poison sauve sous l’arbre”. Recommence. “

Kalaya ne disait rien, mais elle n’en souffrait pas moins. Difficile pour la jeune fille, qui venait à peine de découvrir le hangeul, de passer à l’alphabet latin. Elle en comprenait pas les consignes qu’on lui disait, elle parvenait à peine à les lire. Les dessins sur le papier qui formaient les mots étaient moins jolis, plus raides. Alors elle s’entraînait, des heures durant, pour rattraper son retard. C’était ce que Jill avait demandé à la préceptrice qui venait un soir sur deux pendant la semaine et pendant quatre heures le samedi et le dimanche. Hors de question pour la nouvelle mère de voir son enfant s’enfoncer alors qu’elle commençait à peine l’école. Il fallait que la petite s’intègre. Malheureusement, elle avait déjà eu tellement de mal à prononcer ses premiers mots en présence de sa nouvelle famille que Jill avait eu un peu peur en constatant son retard au niveau scolaire. Par chance, la petite fille rattraperait rapidement ses petits camarades.

-------------------------------------

"Kalaya, je te présente ton petit frère, Jin. Jin, voici ta grande soeur, Kalaya. Je suis certaine que vous allez très bien vous entendre."

La jeune fille pencha la tête sur le côté, longtemps indifférente avant d'étirer un petit sourire. Il était mignon, ce petit frère. Il lui ressemblait un peu. Il avait les yeux tout étirés, comme elle. Il avait les mêmes cheveux noirs et raides, les mêmes yeux marron foncé, à  la limite du noir. Il avait la peau un peu plus foncé, par contre. Maman lui annonça qu'il venait du Laos, un pays plus au sud du sien. Elle leur montra sur une carte leurs deux pays respectifs et là où ils habitaient à présent. C’était tout petit comparé à l’immense Canada, même plus petit que la Colombie britannique ! Kalaya observa longuement son nouveau petit frère. Elle était sûre qu’ils allaient bien s’entendre, tous les deux.

--------------------------------------

“Dégage !”
“Maman a dit que c’est à ton tour de mettre la table.”
“Je t’ai dit “dégage”, t’es sourde ou tu comprends toujours pas l’anglais ?”

Kalaya était sur le point de répliquer, mais Jin bondit de son lit et, en deux grandes enjambées, il claqua violemment la porte au nez de sa soeur. La jeune fille soupira et redescendit les escaliers pour aller mettre elle-même la table dans le salon. Finalement, la co-habitation avec Jin s’était révélée plus compliquée que prévue. Si elle avait bien commencé alors qu’il n’était qu’un petit garçon, elle avait rapidement dégénéré à l’entrée dans l’adolescence. Si Kalaya avait su rester calme, à la limite de l’introvertie, Jin s’était découvert une passion pour la rébellion et prenait un malin plaisir à défier toute autorité. Robert et Jill n’intervenaient pas vraiment, sauf si cela commençait à dégénérer. Il fallait laisser le temps au frère et à la soeur de passer ce cap de l’adolescence. Ils ne doutaient pas que Jin et Kalaya redeviendraient les meilleurs amis du monde.

---------------------------------------

“Tu dois vraiment partir si loin, y’a rien à Vancouver ?”
“Non, sinon tu penses bien que j’y serai allée. Mais t’inquiète, petit frère, je reviendrai pour les vacances. Et tu pourras venir me voir.”

Kalaya offrit son plus grand sourire à son petit frère pour mieux cacher ses larmes. Elle le prit alors dans ses bras. Ces dernières années, ils s’étaient rapprochés, surtout depuis que la jeune fille avait commencé à sortir avec des garçons et que ces derniers avaient la fâcheuse tendance à lui briser le coeur.

Elle avait fait le choix d’étudier le vin en observant son père qui, en grand passionné, ne manquait jamais une occasion pour ouvrir une bonne bouteille. Elle en avait découvert l’odeur d’abord, quand il approchait son verre de ses narines. Et puis, il avait accepté qu’elle y  trempe les lèvres, de temps en temps. Au fur et à mesure de ses expériences, elle avait noté dans un petit carnet ce qu’elle pensait, ce qu’elle ressentait. C’était ainsi que tout avait commencé. Elle avait prospecté à l’approche de la fin du lycée et avait trouvé une université canadienne qui pourrait l’accueillir. Le seul souci, c’était qu’elle devait se rendre en Ontario, soit à l’autre bout du pays. Elle était déterminée à réaliser son rêve et ce n’était pas Robert qui allait l’en empêcher. Bien au contraire, il l’encouragea dans cette voix, alors que Jill émettait plus de réserve. Qu’à cela ne tienne, Kalaya lui prouverait de quoi elle était capable.

Elle ne le savait pas encore, mais ces quatre années de licence furent ses meilleures années. Elles lui permirent de s’ouvrir un peu plus au monde, explorant de multiples possibilités, découvrant les choses que beaucoup de jeunes découvraient à cet âge-là. Elle avait intégré une sororité, elle avait laissé tomber la Kalaya timide et introvertie pour laisser place à une Kalaya plus ouverte, plus sauvage. Elle n’a jamais regretté chacun de ses choix, puisqu’ils avaient fait d’elle ce qu’elle était aujourd’hui.

------------------------------------------

Ses mains tremblaient dans son dos qu'elle tentait de tenir le plus droit possible. Derrière elle, elle sentait le regard de son instructeur qui lui glaçait la colonne vertébrale. Dans le restaurant étoilé, la table tout entière la regardait, attendant son jugement. L'asiatique prit une profonde inspiration, tentant de calmer les battements de son coeur et de reprendre ses esprits. Elle finit par ouvrir la bouche. Pour un curry, je vous conseillerai un vin blanc assez aromatique pour vous permettre de savourer l'épice ainsi que votre agneau. Nous avons justement un splendide Gewurztraminer, cuvée Laurence 2002 de Colette Faller à vous proposer. Le mari était sous le choc. Il ne savait pas vraiment quoi répondre, impressionné par ce que venait de lui proposer ce petit bout de femme à la bouille juvénile. Dans son dos, Kayala entendit le stylo de l'instructeur s'activer. Le couple choisi le Gewurz, impatient de goûter à l'appétissant repas que semblait leur avoir promis la jeune sommelière en fin de formation. Il va sans dire qu'elle eut son diplôme haut la main.

Elle réussit par la même occasion à décrocher son premier emploi dans la province voisine, à Montréal. Les premiers temps furent laborieux. Montréal, c’était au Québec et le Québec avait la fâcheuse - c’est elle qui le dit - réputation de parler le français plutôt que l’anglais. La jeune femme apprit quelques mots, le vocabulaire de base apprit sur le tas pour se faire comprendre. Rien de bien fameux qui ne l’aiderait pour sa vie future.

-----------------------------------------
”Ca va, Kalaya ? T’as une mine affreuse…”
”Je sais pas ce que j’ai aujourd’hui, mais j’ai super mal au ventre, c’est affreux.”
”Un truc qui est mal passé hier soir ?”
”Rien qui ne change de l’ordinaire, pourtant… Je vais pren-aïe…”
”Kalaya ? Ca va ? Appelez une ambulance, vite !!”

Autour d’elle déjà, le monde s’affairait, inquiet par ce qui arrivait à la jeune femme. Ses jambes venaient de se faire la malle et elle avait fini sa course sur le plancher du restaurant, les bras serrés sur son ventre qui se tordait, sous l’oeil intrigué des rares clients qui commençaient à prendre place. Par chance, il y avait un médecin parmi eux. Il arriva rapidement auprès de la jeune femme et remonta sa chemise sans lui demander sa permission pour l’examiner. Il s’arrêta un instant. Du regard, Kalaya l'interrogeait. Il ne répondit rien, pas à elle, mais lorsque les ambulanciers arrivèrent sur place, la soulevant sur la civière, il s'avança pour murmurer quelque chose qu'elle n'entendit pas. À son arrivée à l'hôpital, elle ne comprenait plus rien. Ils n'étaient pas aux urgences. Un homme masqué s'approcha d'elle, une main sur l'épaule, lui indiquant que tout irait bien pour eux. "Eux" ? Il ne lui fallut pas longtemps pour pousser un cri de douleur. De nouvelles contractions lui vrillaient les tripes.

"Déni de grossesse". C'était ce qu'on lui avait annoncé lorsqu'on lui avait présenté un minuscule être criard et tout fripé. Personne n'avait vu quoi que ce soit, elle ne s'était rendue compte de rien. On avait averti ses parents qui étaient en route. Kalaya était confuse, elle ne comprenait plus rien. Elle ne pouvait même pas nommer le père. Mais il était là, ce petit bout de chou. Il la regardait avec ses grands yeux foncés. La jeune mère déglutit avec difficulté. Elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait pas l'élever. Elle ne savait pas. Elle n'était pas préparée, elle n'en avait pas la force.

Elle discuta avec Jill et Robert pendant de longues heures. Ensemble, ils décidèrent que les Davis s'en occuperaient, pour le bien de ce petit. Kalaya se mordit la lèvre. Elle ne savait pas si elle avait fait le bon choix, mais elle avait fait ce qui était le mieux pour elle, et elle seule. Son acte le plus égoïste.

-----------------------------------------

“Dubaï ? Mais c’est trop cool, félicitations !”
“Merci.”
“Tu pars quand ? Il faut qu’on fête ça !”
“... Demain ?”
“... T’es pas sérieuse ? Ça fait des mois qu’on t’a pas vue !”
“Je sais, mais c’est une opportunité en or ! Promis, je serai là pour…”
“Pas la peine de gâcher ta salive à faire des promesses que tu ne tiendras pas. Félicitations encore et à un de ces quatre alors… peut-être.”
“Jin, attends, je…”

C’était peine perdue, son frère venait de raccrocher. La jeune sommelière soupira longuement. Il était vrai que c’était soudain, les choses s’étaient passées très vite pour elle aussi. La veille au soir, elle faisait son service dans son restaurant à Montréal, passant de table en table pour s’assurer que les convives étaient satisfaits, pour prodiguer quelques conseils, pour aider dans les choix. Et puis, il y avait cette table. Trois personnes, des hommes. L’un était en costume, les autres en sorte de robes blanches avec un foulard sur la tête, cerclé de noir pour le faire tenir. Des Émiratis, elle aurait pu le parier. Elle sentait leur regard dans son dos tandis qu’elle avançait gracieusement. Elle captait un regard lorsqu’elle osait tourner la tête vers eux. Et puis, finalement, l’homme en costume lui avait fait signe de venir. Il s’était présenté, puis ses acolytes, des futurs propriétaires d’un restaurant à Dubaï qui étaient en quête de partenaires. Ils pensaient avoir trouvé en elle la personne qui leur fallait pour s’occuper du vin. Kalaya demanda à réfléchir mais c’était finalement le jour suivant qu’elle avait donné sa démission à Montréal pour préparer son voyage dans les Émirats Arabes Unis.

-------------------------------------------

Que tout le monde cesse ce qu’il est en train de faire, j’ai quelqu’un à vous présenter.

Kalaya fixait avec insistance le maître d’hôtel qui s’adressait au reste de l’équipe présente. Il parlait français - normal dans un restaurant à Paris -, rapidement et avec un accent incompréhensible. Ce n’étaient pas les Québécois de Montréal. L’homme d’un certain âge présenta la jeune femme à la brigade. Kalaya les observa un à un, le regard fier. Dans leurs yeux, elle savait déjà ce qu’ils se disaient. “C’est une blague ?” “Tu crois qu’elle a couché avec le patron pour être embauchée ?” “Si ça se trouve, elle a jamais bu un vrai vin de sa vie”. Elle le savait, ce ne serait pas facile de se faire accepter, mais elle y arriverait. Après tout, elle avait bien réussi à Montréal et à Dubaï. Encore une fois, c’était un patron d’hôtel qui avait fait le déplacement à Dubaï après qu’une de ses connaissances lui avait vanté les mérites d’une petite asiatique à la bouille d’ange qui parvenait à associer les vins comme personne. Le Parisien avait donc tenu à voir le prodige et il avait finalement cédé à la tentation de lui proposer un emploi. Son sommelier actuel partait à la retraite et il avait besoin de quelqu’un pour le remplacer. Et ce quelqu’un, il voulait que ce soit elle. Encore une fois, Kalaya se donna le temps de la réflexion. Elle lui avait expliqué qu’elle ne comprenait pas le français, mais il l’interrompit en lui disant qu’elle l’apprendrait en temps voulu et que ce n’était pas un problème. Elle avait finalement accepté pour s’envoler vers Paris, accompagnée de son nouveau patron.

Et puis, au milieu de toutes ces questions qu’elle pouvait entendre, même si elles ne lui étaient pas directement posées, son regard croisa celui d’un homme qui ne semblait pas se poser de questions stupide sur le pourquoi de l’existence de la parité dans ce monde. Il était un peu plus en retrait dans la cuisine, dans la section des desserts. Une voix s’éleva pour lui beugler les choix des clients et il s’exécuta, quittant à contrecoeur son poste d’observation. La jeune sommelière fronça les sourcils avant de se remettre au travail. Et puis, un soir où ils avaient prévu un nouveau dessert, Kalaya se présenta à Pierre pour discuter avec lui des saveurs qu’il allait mettre dans sa création. Au fil des discussions, ils se rapprochèrent, toujours un peu plus chaque jour, en même temps que grandissaient les sentiments.

-------------------------------------------

“Kaya, j’ai quelque chose à te dire…”
“Oui ?”
“Écoute, ça fait 2 ans qu’on se connaît, 2 ans que tu partages ma vie. 2 années de bonheur, de joie. Tu es la cerise sur le gâteau de ma vie, le coup de chalumeau sur ma meringue, et je vais arrêter là les comparaisons avec la pâtisserie parce que c’est vraiment lourd en réalité. Bref, je tenais à te demander quelque chose. Voudrais-tu passer les 2 prochaines années à mes côtés, et les 2 suivantes, et celles encore d’après, et encore, et encore ? Kalaya, veux-tu m’épouser ?”

L’Asiatique resta sans voix, fixant longuement son petit ami qui venait de se mettre à genou devant elle, présentant un écrin de velours refermant une magnifique bague en or blanc sertie de diamants. Elle étira alors un immense sourire avant de hocher la tête, ses cordes vocales refusant catégoriquement de fonctionner. Le pâtissier la prit alors dans ses bras pour la soulever de terre et la faire tourner avec lui. Il finit par lui passer la bague au doigt et ils s’embrassèrent sous les acclamations des serveurs du restaurant, face à la baie vitrine qui offrait une vue imprenable sur la capitale française. Kalaya avait du mal à y croire. Elle allait se marier. Marier.

--------------------------------------------------

Son regard se perdit sur le panneau d’affichage. Trop de textes, trop d’indications et aucun moyen de deviner l’ombre d’un choix. L’adrénaline n’était pas encore retombée, mais elle se sentait déjà submergée par l’émotion et la peur. Qu’est-ce qui lui avait pris ? Pourquoi avait-elle attrapé le sac qu’elle avait préparé pour sa nuit de noce, claqué la porte de l’appartement conjugal en y laissant téléphone et ordinateur. Elle avait glissé le liquide qui lui restait dans la poche de son jeans et ses cartes de crédit dans son sac avant de quitter l’immeuble et de haler le premier taxi qui passait. Elle avait néanmoins pris la peine de laisser un petit mot à l’intention de Pierre : “Désolée, j’ai besoin de réfléchir”. Dans le flou le plus total, elle entendit sa voix demander à être déposée à l’aéroport Charles de Gaulle. Elle paya généreusement le chauffeur et s’engouffra dans le terminal. Elle s’était assise sur un des rares sièges libres et n’en avait pas bougé depuis.

Finalement, son choix se porta sur un endroit qu’elle ne connaissait que trop bien : Dubaï. Elle connaissait quelqu’un qui pourrait l’héberger sans poser de question. Elle demanda un billet pour le premier vol disponible et embarqua rapidement. Elle passa quelques jours dans la ville en plein milieu du désert. Et puis, il y avait eu ce mail. Celui d’un personnage du passé qu’elle pensait oublier. Lui ne l’avait pas oublié. Il avait été contacté par Jin quelques heures plus tôt qui lui avait demandé s’il avait des nouvelles de sa fugitive de soeur, ce qui n’avait pas été le cas sur le moment. Finalement, il avait réfléchi et il s’était dit qu’il valait mieux se renseigner par lui-même. Après une longue discussion, la décision de Kalaya était prise. Quelques clics et elle avait un nouveau billet d’avion. Back to Canada.

-----------------------------------------------------

“Les parents sont toujours en colère contre moi ?”
“Sur une échelle de 1 à 10, ils sont au moins à 25.”
“Je vois...”
“Tu ne peux pas leur en vouloir.”
”Je sais… Comment va Ty ?”
“Il te réclame souvent. Il ne comprend pas trop ce qu’il se passe.”
“Dis-lui que je l’aime et que je viendrai bientôt le chercher.”
“Je ne sais pas si...”
“Si quoi ? Si les parents me laisseront le reprendre ? Ils n’ont pas le choix, Jin, c’est MON fils.”
“Ce n’est pas aussi simple...”
”Comment ça “pas aussi simple” ?”
“Tu ne l’as pas élevé. Tu l’as simplement refilé aux parents pour qu’ils le fassent… Ils peuvent tenter de devenir ses tuteurs légaux…”
“Ça n’arrivera pas, je viendrai le chercher bientôt. Bonne journée, Jin.”

Kalaya n’attendit pas que son frère réponde et coupa la communication, visiblement énervée. Il lui fallut de longues minutes pour se calmer. Cela faisait deux semaines qu’elle s’était enfuie. Elle n’avait pas complètement disparu et avait rapidement averti Jin qu’elle allait bien et qu’il n’y avait pas de souci à se faire. Elle avait juste besoin d’un peu de temps pour réfléchir. Elle ne donna pas plus d’informations sur le lieu où elle se trouvait. Elle rassura le jeune homme en lui indiquant qu’elle avait trouvé un travail et qu’elle n’était pas à la rue. Il n’avait pas posé de questions.

Gary passa la tête à travers l’encadrement de la porte de sa chambre. Il avait évidemment entendu toute la conversation dans le petit appartement dans lequel ils vivaient, mais il avait eu le respect de ne pas vraiment écouter. Il savait juste que son amie n’était pas bien. Vraiment pas bien. Kalaya soupira longuement tandis que l’ingénieur son déposa une tasse remplie d’un chocolat chaud sur la petite table basse du salon. La jeune femme étira un petit soupir, murmurant un faible “Merci”.

”Gary, j’ai une annonce, j’ai trouvé un appartement, un peu plus proche du restaurant. Tu n’auras plus à me supporter !”

Elle avait suffisamment abusé de son hospitalité pendant sa première semaine. Elle avait réussi à reprendre le poste de sommelier laissé à pourvoir par un vieil homme rachitique qui partait à la retraite après de longues années de loyaux services. Les premiers jours de la jeune femme avaient été comme tous ses premiers jours. Surprise, incompréhension, rumeurs, moqueries. Comme les autres, elle s’en fichait, elle prouvait au fil des jours qu’elle était faite pour ce job.

Après trois semaines à Kelowna, Kalaya commençait à se créer une routine. Son travail lui prenait beaucoup de temps, mais elle faisait de son mieux. Elle n’avait qu’un objectif en tête : retrouver la garde de son fils et l’emmener avec elle.

-----------------------------------------------------

LE COIN DES FEIGNASSES

Chronologie:
15 avril 1985 - naissance (mère: Ae-Sook (1953), père: Bon-hwa(1950)).
1989 (4 ans) - part avec sa tante (Ae-Cha) en Corée du Sud, s'installe à Paju.
1992 (7 ans) - mort d’Ae-Cha, adoption par la famille Davis (Jill et Robert) de Vancouver, Canada.
1995 (10 ans) - arrivée de Jin (9 ans) chez les Davis
2001 (16 ans) - découvre la vérité sur elle
2004 (19 ans) - commence ces études à la Brock University, Ontario
2008 (23 ans) - obtient son Bachelor en "Oenologie et viticulture" et enchaîne avec un poste dans un restaurant gastronomique à Montréal
2009 (24 ans) - naissance de Ty (déni de grossesse)
2010 (25 ans) - trouve un travail à Dubaï
2012 (27 ans) - rencontre Pierre (35 ans) dans le restaurant où ils travaillent et commence une relation avec lui
2014 (29 ans) - Pierre lui fait sa demande en mariage dans le restaurant "Le Jules-Verne" lors de leur anniversaire
2015 (30 ans) - s'enfuit la veille de son mariage pour retourner au Canada, à Kelowna.

Points à savoir:
• parle couramment anglais (accent canadien) et français (léger accent anglophone)
• comprend le coréen de Séoul parlé et écrit, l’expression est un exercice un peu plus compliqué
• a un petit garçon, Ty, 5 ans, qui a été élevé par Jill et Robert
• est une grande fan de © (Circle C), un groupe de rock alternatif des années 90. Elle est d’ailleurs sortie avec le bassiste pendant un temps
• s’est prise de passion pour le vin blanc
• a fait partie d’une sororité à l’université : Omega Sigma Chi
• est devenue exigeante en matière de pâtisserie
• possède un porte-clé avec un panda en peluche et une grenouille dont les yeux gélatineux sortent de sa tête lorsqu’on appuie dessus
• a fait du tangsudo pendant 8 ans et continue de faire du taekkyon (tous deux arts martiaux coréens) pour se détendre
• porte toujours sa bague de fiançailles (photo), trop perdue pour se décider à la retirer


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : australo-américaine
LOVE LIFE : Un certain Raleigh, son colocataire qui lui a sauvé la vie il y a quelques années maintenant. Elle ne serait rien sans lui mais ses sentiments ne semblent pas partagés.
AVATAR : eliza taylor
CRÉDITS : uc
MESSAGE : 83
A KELOWNA DEPUIS : 28/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 21:26

Jamiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie qu'est-ce qu'elle est belle cette femme !!
Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche I love you I love you
Si tu as besoin n'hésite pas à t'adresser à un membre du staff :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Nord-coréenne
LOVE LIFE : Fiancée à Pierre Dupuis
AVATAR : Jamie Chung
CRÉDITS : Tak
MESSAGE : 38
A KELOWNA DEPUIS : 28/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 21:30

Je suis tellement d'accord, c'est dommage qu'elle ne soit pas plus présente à l'écran...

Merci beaucoup! Il ne me reste plus grand chose à faire, juste de la motivation pour le finir xD (et pour me relire aussi/surtout)

_________________
The story starts laying in the dark with someone new. I’m feeling tired from all the time I spent on you. But I know I’m strong from all the trouble I’ve been through. The story starts where the story falls apart with you. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see when you fall asleep? Cause I know it’s you I dream about every night. Giving me a feeling like love in the summer way I’ve never felt with another. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see? Tell me I’m not dreaming alone. by sian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Américanocanadien
AVATAR : Il sait pas ce que c'est.
CRÉDITS : Livreur de pizza, ex militaire
MESSAGE : 129
A KELOWNA DEPUIS : 16/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 21:30

Stitch il pue MDR.
Bienvenue quand même abandonneuse xd
Charlie jte présente l'ex de Logan MDR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Canadiennes & Algonquiennes
AVATAR : it's complicated
CRÉDITS : ancien "red coat"
MESSAGE : 29
A KELOWNA DEPUIS : 27/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 21:31

Ben tu liras pas non plus avant que j'aie tout fini. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Nord-coréenne
LOVE LIFE : Fiancée à Pierre Dupuis
AVATAR : Jamie Chung
CRÉDITS : Tak
MESSAGE : 38
A KELOWNA DEPUIS : 28/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 21:35

Stitch il te crache à la figure nanméoh (ok c'est une tronçonneuse, mais on s'en fout !)
Abandonneuse, abandonneuse, tu sais, il suffit de quelques rp Rolling Eyes

Ouais, la première à avoir supporter Logan (et à en être ressortie vivante) *et beaucoup d'autres aussi en fait*

Toi, Blake, tu pourras pas lire quoi qu'il arrive

_________________
The story starts laying in the dark with someone new. I’m feeling tired from all the time I spent on you. But I know I’m strong from all the trouble I’ve been through. The story starts where the story falls apart with you. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see when you fall asleep? Cause I know it’s you I dream about every night. Giving me a feeling like love in the summer way I’ve never felt with another. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see? Tell me I’m not dreaming alone. by sian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Américanocanadien
AVATAR : Il sait pas ce que c'est.
CRÉDITS : Livreur de pizza, ex militaire
MESSAGE : 129
A KELOWNA DEPUIS : 16/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 21:37

Moi jveux pas partager ma femme.

_________________

what are you making me feel. bitch

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FONDA' MONSTRUEUSE MAIS ADORABLE
avatar
ORIGINES : Canadien et écossais de bien loin
LOVE LIFE : C'est assez compliqué.
AVATAR : Charlie Hunnam
CRÉDITS : Snatch
MESSAGE : 261
A KELOWNA DEPUIS : 16/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 21:38

Bienvenue mademoiselle :) Merci de ton inscription et bonne chance pour ta fiche!

*moi je viens en paix *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Nord-coréenne
LOVE LIFE : Fiancée à Pierre Dupuis
AVATAR : Jamie Chung
CRÉDITS : Tak
MESSAGE : 38
A KELOWNA DEPUIS : 28/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 21:55

Techniquement, ce n'est pas vraiment du partage...

Ah bah tiens, quand on parle de Logan, voilà son alter ego d'un monde parallèle! Merci Braedan qui vient en paix ! (un visiteur *venu d'ailleurs* oooooooooooooh)

_________________
The story starts laying in the dark with someone new. I’m feeling tired from all the time I spent on you. But I know I’m strong from all the trouble I’ve been through. The story starts where the story falls apart with you. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see when you fall asleep? Cause I know it’s you I dream about every night. Giving me a feeling like love in the summer way I’ve never felt with another. Don’t lie, bright eyes, is it me that you see? Tell me I’m not dreaming alone. by sian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Américanocanadien
AVATAR : Il sait pas ce que c'est.
CRÉDITS : Livreur de pizza, ex militaire
MESSAGE : 129
A KELOWNA DEPUIS : 16/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Dim 28 Juin - 22:07

Qui se tape Logan dans ce monde xd

_________________

what are you making me feel. bitch

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ORIGINES : Canadiennes & Algonquiennes
AVATAR : it's complicated
CRÉDITS : ancien "red coat"
MESSAGE : 29
A KELOWNA DEPUIS : 27/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Lun 29 Juin - 4:15

@Kalaya Davis a écrit:
Toi, Blake, tu pourras pas lire quoi qu'il arrive  


Saleté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

FONDA' MONSTRUEUSE MAIS ADORABLE
avatar
ORIGINES : Canadien et écossais de bien loin
LOVE LIFE : C'est assez compliqué.
AVATAR : Charlie Hunnam
CRÉDITS : Snatch
MESSAGE : 261
A KELOWNA DEPUIS : 16/06/2015

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   Mar 30 Juin - 4:52


félicitations, tu es validé

Oh my god, tu nous vends du rêve avec tous ces voyages!   J'ai ADORÉ ta fiche, ta plume est magnifique et que dire de l'histoire de Kayala, ton personnage a l'air hyper-intéressant. Je te souhaite officiellement la bienvenue et un bon jeu parmi nous.  

Tu as fini ta fiche et tu as bien tout rempli. A présent merci d'aller te recenser dans LE BOTTIN, les METIERS, les COMPTES.
Si tu veux des amis, poste ta FICHE DE LIENS et si tu le désires, un SCENARIO. Une fois ceci fait, poste ton sujet EVOLUTION ainsi que ta FICHE RP. N'oublie pas que ton groupe ne sera pas mis si tu n'as pas ENTIÈREMENT rempli ton profil. Pas sur de t'intégrer ? Suis ces CONSEILS. N'oublie pas de VOTER pour amener d'autres copains !

Bon jeu  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Jamie Chung) Runaway Bride, start of something new
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» YOI. KYOU NAKATO-BARNES ► jamie chung
» Jamie Chung
» [F] ▲ JAMIE CHUNG - step one, stop being a f*cking moron
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Journal : Jamie Langenbrunner signe avec Toronto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Four Seasons Playground :: creating history :: IDENTIFICATION PLEASE :: FICHES VALIDÉES-